Ministère de l’Eau et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Zones inondables à Djeddah Thiaroye Kaw : les autorités dénoncent les agressions des réseaux d’assainissement

Zones inondables à Djeddah Thiaroye Kaw : les autorités dénoncent les agressions des réseaux d’assainissement
Zones inondables à Djeddah Thiaroye Kaw : les autorités dénoncent les agressions des réseaux d’assainissement
09 septembre 2021

En visite dans certaines zones inondables de la commune de Djeddah Thiaroye Kao, le Directeur de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (Onas) a regretté les agressions des réseaux d’évacuation des eaux pluviales et celles usées. La même remarque est faite par le préfet de Pikine qui demande aux
populations de changer de comportements.

Le Directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Dr Ababakar Mbaye accompagné par le préfet de la Pikine, Moustapha Ndiaye et ses partenaires, a effectué une visite dans des zones inondables de la banlieue de Dakar. La délégation s’est rendue dans la commune de Djeddah Thiaroye Kao. La visite a démarré au niveau du réseau d’assainissement « au terrain Doro Aw ». Il polarise Pikine et Guédiawaye et reçoit des eaux pluviales et des eaux usées. Ce réseau, selon le Directeur de l’Onas, doit être redimensionné, son dispositif renforcé. A Djeddah Thiaroye Kao et Messéré, il a été aussi constaté des bouchons réguliers dus à l’infiltration du sable et des déchets solides à l’intérieur des réseaux d’assainissement. « Des dispositions seront prises pour résoudre le problème parce que le Président de la République nous a accompagnés pour renouveler le réseau », a rassuré le Directeur général de l’Onas. Il a, dans le même
sillage, dénoncé les agressions qui sont exercées sur certains réseaux d’assainissement. « On est ahuri de voir parfois des agressions volontaires au niveau du réseau pour bloquer l’évacuation des eaux. Cela dépasse même l’entendement. Il faut que les gens reviennent sur terre », a-t-il soutenu en condamnant fermement ces actes. A son avis, c’est toute la population qui bénéficie de ces ouvrages donc, ils doivent être préservés. Sur ces entrefaites, il a lancé un appel à l’ensemble des populations de revenir à la raison pour pouvoir essayer de supporter les nuisances qui parfois ne manquent pas, mais, « l’Onas essayera toujours de trouver des solutions».

Branchements clandestins

Pour le préfet de Pikine, la revue d’ensemble qui a été faite à Djeddah Thiaroye Kao a montré qu’il y a quelques points noirs qu’il faudra vite relever. Il constate, pour le regretter, un réseau particulièrement agressé et sous-dimensionné par rapport à la démographie galopante que connaît la banlieue. « Cette activité nous a permis de voir de plus près quelles sont les difficultés auxquelles le réseau d’assainissement des eaux usées et pluviales de l’Onas est confronté. On a un réseau qui aspire, attire et évacue un surplus d’eau sur lequel on constate des
bouchons qui sont la résultante de certains comportements. Nous avons vu par endroits des branchements clandestins et aussi des ensablements, regrette-t-il. Cependant, il demande à l’Onas de prendre très rapidement les dispositions qui s’imposent pour pallier ces problèmes rencontrés au niveau du réseau. A l’instar du Directeur de l’Onas, l’autorité préfectorale a lancé un appel à la population en leur demandant de participer à l’entretien des ouvrages. D’autant plus qu’ils contribuent à améliorer leur cadre de vie. « Nous nous réservons le rôle de la mission de suivi mais également d’alerte de ce que nous rencontrons et du feedback que nous recevons de la part des populations et des élus », soutient-il.

ENTRETIEN ET GESTION DES OUVRAGES
Ong Urbasen mise sur la sensibilisation

A travers une convention signée avec l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (Onas) au mois de juin dernier, Ong Urbasen sensibilise les populations pour l’entretien et la gestion des réseaux d’assainissement. « Nous travaillons avec la fédération sénégalaise des habitants qui regroupe plus de 520 organisations communautaires de base et qui sont composées essentiellement de relais communautaires et de marraines de quartiers. Donc nous allons, à travers cette structure faitière, accompagner le travail de
sensibilisation sur l’entretien et la gestion des ouvrages », a informé Magatte Diouf, coordonnatrice de Urbasen. Estimant que les sanctions ne marchent pas toujours, elle pense qu’il faut faire des séances de visites à domicile, des causeries pour changer les comportements.

 

DR CHEIKH DIENG, MAIRE DE DJEDDAH THIAROYE KAO
« Nous sommes 66 quartiers dont 4 bénéficient d’un réseau
d’assainissement »

La commune de Djeddah Thiaroye manque d’assainissement. C’est du moins ce qu’a fait savoir le maire de ladite commune Dr Cheikh Dieng, hier, en marge de la visite du Directeur général de l’Onas. « Nous sommes 66 quartiers dont 4 bénéficient d’un réseau d’assainissement de l’Onas », a révélé l’édile de la localité. Qui, profitant de l’occasion, a lancé un appel au Président de la République en lui demandant de consentir les investissements nécessaires pour que l’Onas ait les moyens d’assurer la qualité et l’exhaustivité de son réseau
d’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales dans la banlieue. « La banlieue mérite que les pouvoirs publics consentent les investissements qui sont requis pour l’amélioration de son cadre de vie
mais également pour l’amélioration des conditions sanitaires des populations », a déclaré le maire. Par ailleurs, il a indiqué que la gestion des bassins est d’une acuité certaine dans le dispositif de lutte contre les inondations.

Source: 
LE SOLEIL