Ministère de l’Eau et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Lancement du Plan national Orsec: l’Etat attend une efficacité dans les opérations

Lancement du Plan national Orsec: l’Etat attend une efficacité dans les opérations
Lancement du Plan national Orsec: l’Etat attend une efficacité dans les opérations
25 août 2021

Le ministre de l’Intérieur a présidé dimanche le lancement du plan Orsec pour lutter contre les inondations. Selon Antoine Félix Diome, tous les moyens vont être mobilisés et l’Etat attend une efficacité dans l’action.
L’Etat accélère la mobilisation des moyens pour atténuer les effets néfastes des inondations à Dakar et à l’intérieur du pays. C’est dans cette optique que le Plan national Orsec a été lancé, le dimanche 22 août 2021, par le Ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome. Une rencontre qui a permis de faire un diagnostic de la situation dans les différentes régions touchées par ce phénomène. Le Ministre a précisé que depuis le début de l’hivernage, tous les services de l’Etat sont à pied d’œuvre pour, chacun en ce qui le concerne, dans la mise en œuvre des actions prioritaires, soulager les populations. « Qu’il pleuve ou pas, l’Etat va résoudre le problème », a déclaré Antoine Félix Diome. Selon lui, dès le déclenchement du Plan national Orsec, les premiers moyens ont commencé à être mobilisés sur instruction du Président de la République, Macky Sall. Cela a consisté, explique-t-il, à déployer déjà sur le terrain une cinquantaine d’hydrocureurs et 150 motopompes. « Le Plan Orsec est un plan d’organisation des secours. Cela demande beaucoup de coordination mais on s’attend surtout une efficacité dans l’action publique. Les groupes opérationnels devront entrer en jeu et l’organisation des secours sous la direction de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers ne devra pas tarder », a rassuré le Ministre avant d’affirmer que tous les moyens vont être mobilisés pour résoudre les problèmes. « Les finances ont donné les assurances, les services techniques concernés ont les capacités pour évacuer les eaux. Il ne nous reste plus qu’à faire le travail, atteindre les résultats attendus sous la coordination de l’état-major de commandement qui est institué dans le cadre du plan Orsec. »

Ayant pris part à la rencontre, le Gouverneur de Dakar, Al Hassan Sall a fait le point sur les zones les plus touchées par les inondations. Il a évoqué des difficultés dans les communes de Thiaroye notamment Diacksao, Thiaroye sur Mer, Thiaroye Gare, Mbao, Diamaguéne- Sicap Mbao. Aussi, il a fait état de problèmes d’évacuation des eaux à Pikine notamment à Guinaw rail sud et nord, Djeddah Thiaroye Kaw, Pikine Nord, Keur Massar. Le dispositif des sapeurs-pompiers dans ces zones fonctionne en permanence mais il y a quelques dysfonctionnements qui ont été pris en charge. « Nous estimons que s’il n’y a pas d’autres dysfonctionnements sur le réseau, s’il ne pleut pas d’ici deux à trois jours, la situation pourrait être maîtrisée et les populations retrouveront leur quiétude », a estimé le gouverneur de Dakar, signalant également des difficultés aux Parcelles assainies de Keur Massar. Il s’agit des unités 6, 11, 14,13, El Hadji Pathé, à Malika, à Jaxaay, aux Almadie 1 et Almadie 2, à Diamaguène, etc.

Le commandant de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, Mor Seck a soutenu que la situation des inondations est sous contrôle à l’intérieur du pays. A son avis, c’est à Dakar où l’on note les difficultés et les structures sont engagées pour le renforcement du dispositif de pompage. « Si le ciel est clément d’ici samedi, la situation va redevenir normale », assure-t-il.
Le directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Dr Ababakar Mbaye, a soutenu que sa structure va optimiser les capacités des stations de pompage des eaux pluviales. Il indique que dans la zone de captage, le niveau du bassin a fortement baissé, assurant que toutes les mesures nécessaires sont en train d’être prises pour une sécurisation du mur de clôture et un entretien du bassin et des installations. « Il y a des équipes qui travaillent de jour comme de nuit pour une évacuation rapide des eaux stagnantes aux alentours du bassin de la zone de captage. La remise en état et l’élévation du mur à certains endroits de la zone de captage pour contenir les débordements seront faites », a rassuré Dr Ababakar Mbaye. 

Source: 
LE SOLEIL