Ministère de l’Eau et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

CADRE DE VIE – Les travaux de dépollution de sa baie lancés hier : La commune de Hann entrevoit le bout du tunnel

CADRE DE VIE – Les travaux de dépollution de sa baie lancés hier : La commune de Hann entrevoit le bout du tunnel
CADRE DE VIE – Les travaux de dépollution de sa baie lancés hier : La commune de Hann entrevoit le bout du tunnel
26 septembre 2020

Le lancement des travaux de dépollution de la baie a eu lieu hier à Hann. D’un coût de 93 milliards, ce projet, financé par les partenaires comme l’Agence française de développement, le royaume des Pays-Bas, l’Union européenne et la Chine, est attendu pour être bouclé au bout de quelques années de travaux.

Le ministre de l’Eau et de l’assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a procédé hier au lancement officiellement des travaux de dépollution de la baie de Hann. «C’est un projet tant attendu qui va être concrétisé après deux décennies», a souligné M. Thiam dans son allocution. Estimant que «la réussite de ce projet nécessite l’engagement des acteurs publics et privés ainsi que des populations», le ministre souligne que la baie de Hann sera dépolluée d’ici trois ans et promet que le gouvernement s’engage à «pérenniser les infrastructures qui seront mises en place».
Saluant l’implication de tous les partenaires qui ont accompagné le gouvernement dans son financement, M. Thiam a engagé l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), dont le Dg Lansana Gagny Sakho, qui a en charge la réalisation de l’intercepteur, et tous les autres cocontractants, «à ne ménager aucun effort pour que ce projet soit une réalité avec la qualité et les délais requis».
«A un moment critique où la survie du projet de dépollution de la baie de Hann était encore en jeu, il a fallu l’intervention personnelle du chef de l’Etat pour débloquer la situation, ce qui nous conduit à la cérémonie d’aujourd’hui. La dépollution de la baie de Hann sera une des réalisations phare à inscrire au bilan du Président Macky Sall au plan de l’accès universel de l’assainissement», ne manque de s’enorgueillir le ministre Mbaye Thiam. Qui souligne que ledit projet «traduit les efforts faits par le Sénégal pour l’atteinte des Objectifs pour le développement durable liés à l’eau et à l’assainissement». «Un reportage de la radio Rfi de juin 2019, intitulé La baie de Hann du paradis à l’enfer, avait donné la parole à un natif et riverain de cette baie, M. Sam Diop. Qui concluait ses propos en disant ceci : «Cette baie, jadis une des plus belles du monde, par rapport à celle de Rio de Janeiro au Brésil et peut-être à côté de la Baie des Anges, Monsieur l’ambassadeur, en France, était morte écologiquement.» La baie sera dépolluée avec un système d’assainissement complet adéquat», rassure le ministre Serigne Mbaye Thiam.
Le ministre l’Eau et de l’assainissement soutiendra aussi que la dépollution de cette baie «engendrera une amélioration totale des conditions des populations riveraines et réduira les incidences des maladies hydriques». «Elle permettra d’améliorer significativement la qualité des eaux de la baie. Ce qui favoriserait le renouvellement de l’écosystème et le développement de l’investissement portuaire», indique M. Thiam. Soulignant que la dépollution de la baie intègre «l’assainissement du Port autonome de Dakar», Serigne Mbaye Thiam fait remarquer que «les eaux usées en provenance du Port sont prises en compte dans le dimensionnement des infrastructures de transfert».
En plus de cela, le dit projet «constitue un levier pour faire avancer la réforme en cours dans le secteur par l’introduction du principe pollueur-payeur à travers l’application de la redevance d’assainissement industrielle et la mise en place de mécanismes de prétraitement des eaux par les industriels». Le ministre informe que «93 milliards de francs Cfa» constituent «le coût global toutes taxes comprises du projet de dépollution de la baie de  Hann à la différence des 70 milliards 300 millions de francs Cfa avancés qui est le projet hors taxes».
«Le coût global du projet de dépollution de la baie de Hann est de 93 milliards francs Cfa pour 26 milliards francs Cfa sur le budget du Sénégal y compris 22 milliards 700 de taxes. 34 milliards 800 de prêt de l’Agence française de développement dont les 15 milliards sont en cours d’instruction. 13 milliards 100 de subvention non remboursable des Pays-Bas, 9 milliards 100 de subvention non remboursable de l’Union européenne et 9 milliards 4 de prêt en négociation presque bouclée auprès de la Chine développement Banque», détaille le ministre Mbaye Thiam.

Le maire de Hann préoccupé par les déchets solides
Babacar Mbengue, maire de Hann-Bel Air, de relever une préoccupation en disant : «Nous avons l’obligation d’être vigilants par rapport à ce projet.» «Les déchets liquides ont été pris en charge. Il nous reste à trouver une solution par rapport aux déchets solides», note le maire de Hann qui souligne que «lorsque vous longez la plage, vous constatez comme tout le monde que c’est une situation délicate».
Babacar Mbengue espère que des partenaires se signaleront aussi pour accompagner le Sénégal dans la résolution de ce problème. Pour le recrutement du personnel pour les travaux de la baie de Hann, le maire Babacar Mbengue de prôner que les communes comptent en leur sein des ressources humaines de qualité comme des ingénieurs susceptibles d’intervenir dans le projet.
Travaillant autour d’un plaidoyer sur la dépollution de la baie de Hann à travers un festival dont la 14ème édition n’a pu se tenir à cause de la pandémie du Covid-19, l’artiste Cheikh Guissé, un des membres des «Frères Guissé», apprécie à sa juste valeur le lancement des travaux de dépollution de Hann.  C’est «une journée historique que nous attendions, presque 30 ans de plaidoyers», indique-t-il avant d’adresser ses félicitations au président de la République, Macky Sall, pour avoir diligenté le projet.
Mais l’artiste n’a pas manqué de souligner sa préoccupation par rapport au projet, qui ne prend en charge les déchets solides, et espère qu’une solution sera trouvée.

Source: 
leQuotidien