Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Quant des populations sabotent les réseaux d'assainissement à Guédiawaye

Quant des populations sabotent les réseaux d'assainissement à Guédiawaye
Quant des populations sabotent les réseaux d'assainissement à Guédiawaye
16 juillet 2018

Dans le cadre des opérations pré-hivernales, Cherif Blondin Ndiaye, le préfet de Guédiawaye a organisé une grande tournée technique pour s’enquérir de la situation des ouvrages de drainage des eaux de pluies, des stations d’épuration et d’assainissement dans son département. Mais la délégation préfectorale a été désagréablement surprise  de découvrir que, au moyen de branchements clandestins, des populations déversaient les eaux usées de leurs maisons dans le réseau de drainage vers les stations de pompage. Quid des canaux et autres bassins transformés en dépotoirs d’ordures ? Le département de Pikine aussi n’est pas en reste.

 

A l’instar des autres contrés du Dakar et de certaines régions intérieures du Sénégal, la banlieue dakaroise est en plein dans les opérations pré-hivernales. C’est le cas à Guédiawaye où le préfet, Cherif Blondin Ndiaye, a organisé une grande tournée technique pour s’enquérir de la situation des ouvrages de drainage des eaux de pluies, des stations d’épuration et d’assainissement dans son département.Accompagné de techniciens de l’Onas, de l’Ageroute et des services de la ville, le préfet s’est aussi rendu dans les zones dites de bas-fonds et autres sites inondables pour une synergie d’actions à mener avant l’arrivée de la pluie. 

La délégation s’est d’emblée rendue à la grande station de pompage du grand bassin de rétention de Médina Gounass. En sus d’être le grand réceptacle d’eau, cette station draine l’eau de plusieurs commune environnantes vers la mer. Ce bassin a réglé «définitivement» le problème d’inondation de la commune de Médina Gounass. Ensuite, elle s’est dirigée vers la commune de Ndiarème Limamoulaye où le bas-fond sis à la devanture de l’école Pikine-Est indispose les populations de la localité: la route devient impraticable durant la saison des pluies à cause de l’absence de drains. Le préfet et son équipe se sont également rendus dans les deux stations de pompage de Ndiarème Limamoulaye. 

LE PREFET MENACE LES DESTRUCTEURS DU PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LES INNONDATIONS

Et là, désagréable a été le constat des responsables qui ont découvert que les populations s’adonnent à des branchements clandestins pour déverser les eaux usées de leurs maisons dans le réseau de drainage vers les stations de pompage. Selon un responsable de la station, il arrive qu’on les interpelle, la Police est informée, mais une fois sur le lieu cela reste sans suite, a soutenu un gardien de station. Une situation que déplore le préfet de Guédiawaye. «Par rapport à ce phénomène, nous avons demandé à l’Onas de nous saisir pour qu’on puisse mener une opération d’identification et de contrôle de toutes les installations et, au besoin, de prendre les mesures en relations avec les Forces de police et le Service d’hygiène pour que ces branchements connectés au réseau d’eaux pluviales» soient débranchés, a insisté Cherif Blondin Ndiaye, le préfet du département de Guédiawaye. 

Et de poursuivre, pour annoncer un projet de réseau d’assainissement de l’Onas: «au-delà de ça, l’Etat est en train de mettre en œuvre un projet d’assainissement d’eau usées dans le département, qui est actuellement à l’étude, pour permettre à toutes ces populations de pouvoir disposer d’un système d’adduction d’eau usée qui pourra être plus adapté à l’environnement de ces différents quartiers», a indiqué le préfet. Pour lui, cette visite a permis d’identifier les problèmes, à savoir le défaut de grilles au niveau de certains points. S’y ajoutent l’insalubrité et l’entreposage de déchets issus des ménages identifiés dans certains ouvrages. «Nous avons demandé au collectivités locales de veiller mais également d’appeler les populations à un changement de comportement  pour le maintien et l’entretien de ces ouvrages. Nous avons demandé aussi aux  services concernés et aux concessionnaires de prendre les mesures qui s’imposent». 

PIKINE DANS LA DANSE

Non loin de là, dans le département de Pikine, le curage des canaux est en cours. En attestent des tas d’immondices issus des réseaux qui jonchent les devantures des caniveaux. Le sous-préfet de Dagoudane, Oumar Sagna Ndiaye,  nouvellement installé, promet de tenir une opération pareille dans son arrondissement avant le début de l’installation effective de l’hivernage.
Pour prévenir les inondations qui hantent la quiétudes populations en cette période où toutes les régions du pays ont fini d’enregistrer au moins leur premières pluies, le gouvernement avait tenu Conseil interministériel, le jeudi 21 juin dernier. A l’issue de cette rencontre, la somme de 1,888 milliards de F Cfa, dont 1,100 milliards de F Cfa à débloquer dès à présent, avait été arrêté pour anticiper sur les actions urgentes, les opérations pré-hivernales 2018 qui déjà sont effectives dans la région de Dakar. Avec au-devant l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) et l’Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute) chargés de ces d’opérations de curage et d’entretien des caniveaux, pour «remédier à l’ensablement du réseau, faciliter l’écoulement dans les collecteurs, diminuer les risques de débordement et de bouchon, assurer l’entretien des appareils électromécaniques et optimiser le fonctionnement des électropompes des stations».

 

Source: 
SUD QUOTIDIEN