Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Pikine : l’Onas lance un projet d’assainissement de plus de 3 milliards

Pikine : l’Onas lance un projet d’assainissement de plus de 3 milliards
Pikine : l’Onas lance un projet d’assainissement de plus de 3 milliards
07 janvier 2019

Le Programme d’assainissement de 10 villes du Sénégal se poursuit. Après Louga, Saint-Louis, Tivaouane, Cambérène, Touba, Rufisque et Kaolack, le projet d’assainissement des eaux usées de la ville de Pikine est lancé. La cérémonie officielle de lancement s’est tenue, ce jeudi 3 janvier 2019. Elle a été présidée par le ministre de la Jeunesse Pape Gorgui Ndong, par ailleurs maire de la commune de Pikine-Ouest, en compagnie du directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) Lansana Gagny Sakho, notamment. 

«Plus de 3 milliards pour améliorer le cadre de vie de près de 30 000 habitants» 

Financé par l’Etat du Sénégal et la Banque ouest-africaine de développement (Boad) pour un montant global de 3 milliards 245 millions de francs, ce projet d’assainissement de la ville de Pikine vise à «améliorer de façon significative les conditions de vie et de santé des populations». Les travaux consistent à réaliser 23,8 km de réseaux d’eaux usées, 3 900 branchements domiciliaires, une station de pompage d’eaux usées, 50 édicules scolaires et le renforcement de la station de pompage existante près du cimetière de Pikine. 

Ces ouvrages d’assainissement seront réalisés, notamment à Pikine Icotaf 1, 2 et 3, à Gaïndé Fatma, à la zone industrielle, à Wakhinane et à Texaco. La durée des travaux est de 18 mois. 

A travers ce projet, les complaintes de plusieurs années d’une grande partie des populations de Pikine vont trouver une «solution durable». En effet, donnant une suite favorable aux promesses du chef de l’Etat, le président Macky Sall, l’Onas, maitre d’œuvre dudit programme, va ainsi leur permettre d’avoir accès à «un assainissement durable et hygiénique». 

Ce faisant, les populations impactées, environ 30 000 habitants, vont désormais «pouvoir améliorer leur confort et l’environnement de leurs quartiers». Ce projet d’assainissement participera également à créer plusieurs emplois et à donner «un coup de fouet déterminant à l’économie locale». 

«Assainissement, un problème récurrent à Pikine» 

Venu lancer les travaux au nom de son collègue Mansour Faye, Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, le ministre-maire Pape Gorgui Ndong a souligné que la ville de Pikine «faisait partie des villes confrontées aux problèmes récurrents d’inondations et d’assainissement». Selon lui, ce projet d’assainissement, à terme, va «améliorer sensiblement le cadre de vie» des populations bénéficiaires. 

Ainsi, le maire de Pikine-Ouest a remercié Mansour Faye pour avoir mis en œuvre «la vision du président Macky Sall» dans le secteur de l’hydraulique et de l’assainissement. Pape Gorgui Ndong a également remercié le directeur général de l’Onas, Lansana Gagny Sakho, qui, selon lui, depuis son arrivé à la tête de l’Office national de l’assainissement du Sénégal, «n’a ménagé aucun effort pour la mise en œuvre effective des projets et programmes  de sa tutelle en termes d’assainissement des villes» du pays. 

«Seul 1,8 % des ménages sont branchés au réseau d’assainissement» 

Le maire de la ville de Pikine, Abdoulaye Thimbo, quant à lui, a estimé que ce projet d’assainissement des eaux usées de la ville de Pikine est venu «à son heure». Parce que, signale-t-il, «presque la moitié des ménages, soit 67,64 % de la cité, utilise les fosses septiques. Et plus d’un ménage sur 4, soit 28,70 %, utilise les fosses simples». Selon lui, «ces taux assez élevés d’utilisation des fosses dénotent d’un manque de système de canalisation branchée au réseau de l’Onas». 

Abdoulaye Thimbo ajoute que le taux de raccordement à l’égout est encore «très faible» à l’échelle de la ville de Pikine. Car, «seul 1,8 % des ménages» sont branchés au réseau de l’Onas. Une situation qui, pour lui, pose «un véritable problème d’hygiène et de salubrité publique».  

Source: 
SENEWEB