Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Dépollution de la zone nord de Dakar Démarrage des travaux en fin janvier 2019

 Dépollution de la zone nord de Dakar Démarrage des travaux en fin janvier 2019
Dépollution de la zone nord de Dakar Démarrage des travaux en fin janvier 2019
11 janvier 2019

D’un coût global de 42 milliards de FCfa, le projet de dépollution de la zone nord de Dakar, qui comprend le déplacement de l’émissaire de Cambérène, a été présenté, le 8 janvier 2019, au khalife général des Layènes, El Hadji Abdoulaye Thiaw Laye. Les travaux seront lancés, d’ici la fin du mois, par le chef de l’Etat.

Après les travaux d’extension et de densification du réseau de drainage des eaux pluviales de Yoff et le lancement du projet d’assainissement de Cambérène, le directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Lansana Gagny Sakho, a présenté, le 8 janvier 2019, au khalife général des Layènes, El Hadji Abdoulaye Thiaw Laye, le projet de dépollution de la zone nord de la ville de Dakar. La délégation, conduite par le préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, a été reçue par le porte-parole du guide religieux, Seydina Issa Thiaw Laye. A cette occasion, le Dg de l’Onas a expliqué que le programme à exécuter est un ensemble composé du déplacement de l’émissaire et de la modernisation de la station d’épuration de Cambérène ainsi que de la réalisation d’une centrale de cogénération pour la production d’énergie électrique de 3200 kVa.

M. Sakho a précisé que ce projet, d’un coût de 42 milliards de FCfa, est une vieille doléance des populations et sera réalisé sur une durée de 24 mois. « Le chef de l’Etat nous a instruits de venir présenter ce projet au khalife général des Layènes pour un démarrage imminent des travaux », a-t-il indiqué. Pour le tracé de l’émissaire, le Dg de l’Onas a fait savoir que ses services sont en train d’y travailler.

Au-delà de Cambérène et des zones environnantes, le préfet de Dakar a estimé que « ce projet est d’une importance certaine ». Alioune Badara Samb a magnifié « les relations quasi-paternelles » entre le chef de l’Etat, Macky Sall, et le khalife El Hadji Abdoulaye Thiaw Laye. « Ces localités (Yoff et Cambérène), comme toutes les autres cités religieuses du pays, sont d’une importance certaine dans les politiques publiques, notamment en matière d’assainissement », a-t-il soutenu.

Toutefois, le porte-parole du khalife a fait une mise au point en précisant que la communauté layène n’a qu’une seule voie, celle incarnée par le guide El Hadj Abdoulaye Thiaw Laye. « Cambérène est un titre foncier appartenant à Seydina Issa Laye, donc au khalife général des Layènes. Alors que la mer relève du droit maritime, des compétences de l’Etat », a-t-il rappelé. Seydina Issa Laye Thiaw a également estimé que les gens doivent arrêter les « considérations erronées et dépassées et éviter de [les] divertir ». Selon lui, « on doit avancer et passer à autre chose ».

Poursuivant, il a souligné que « l’autorité religieuse ne va jamais s’opposer à tout acte pouvant entraver le développement économique et social de notre pays, d’autant plus qu’il est un républicain convaincu ». Le président de la République est attendu à Cambérène pour le lancement des travaux prévu avant la fin du mois.

 

STATION D’EPURATION DE CAMBERENE

La capacité va passer de 19.200 à 92.000 m3/jour

Dans une note parvenue à la rédaction, l’Onas précise que ce projet vise à mettre à niveau, sur la période 2014-2020, la station d’épuration de Cambérène à l’horizon 2046 et aussi à matérialiser l’engagement du président de la République à délocaliser l’émissaire qui traverse ladite localité. Le projet prévoit l'augmentation de la capacité de la station d’épuration de 19.200 à 92.000 m3/jour, la réalisation d’une centrale de cogénération de biogaz d’une capacité de 3200 kVa, la délocalisation de l’émissaire de Cambérène par la pose d’une nouvelle conduite terrestre, sur un linéaire d’environ 4,5 km, le long de la route des Niayes (Rond-point case bi-Dalal Diam). Le projet englobe également  la construction d’un nouvel émissaire en mer sur 1,7 km à une profondeur de 40 m. La construction de ces ouvrages fera passer la capacité d’épuration au niveau tertiaire de 5700 m3/j à 11.000 m3/j. 

 

 

 

Source: 
LE SOLEIL