Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Accès à l’eau potable et à l'assainissement: le Sénégal se maintient sur la trajectoire de la performance

Accès à l’eau potable et à l'assainissement: le  Sénégal se maintient sur la trajectoire de la performance
Accès à l’eau potable et à l'assainissement: le Sénégal se maintient sur la trajectoire de la performance
15 mai 2018

La trajectoire de performance est maintenue par le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Le taux d’accès global à l’eau potable de 98, 8 % en milieu urbain,91 % dans le monde rural et l’évolution des pourcentages des personnes ayant accès aux services de l’assainissement de 67, 4 % en milieu urbain et de 42,3 % en milieu rural illustrent les progrès accomplis par le Sénégal.

Le Sénégal poursuit sa marche vers la réalisation des objectifs fixés par la communauté internationale. Le chemin parcouru laisse entrevoir une courbe de la performance. L’indice des progrès se lit à travers le taux d’accès à l’assainissement en milieu urbain qui est à 67, 4 % alors que celui du milieu rural est à 42, 3 %. C’est ce qu’a révélé l’enquête Wash réalisée en partenariat avec l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD). « Il y a des avancées dans ce sous-secteur qui méritent d’être boostées pour accélérer la délivrance de services durables à nos populations », a fait remarquer le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Monsieur Mansour FAYE. Ces efforts ont été salués par des partenaires comme l’USAID qui invite le gouvernement à consentir davantage d’investissements au secteur de l’assainissement. « Bien que la demande d’achat de services d’assainissement soit inférieure à celle de l’eau, le fait que les investissements réalisés par les ménages dépassent ceux des bailleurs et du gouvernement démontre amplement l’importance de l’assainissement dans les zones rurales », a noté la Directrice de l’USAID, Madame Lisa FRANCHETT.

Dans le domaine de l’accès à l’eau potable aussi bien pour les zones urbaine et rurale, le Sénégal n’est pas à la traine. Le programme des 300 forages, le volet hydraulique du PUDC avec la construction en cours de 251 forages ont porté le taux d’accès amélioré global à l’eau potable à 91 % au 31 décembre 2017 dans le monde rural. « Ces deux dernières années, nous avons réceptionné 158 forages neufs, 132 châteaux d’eau, près de 3.700 km de réseaux et au moins 1760 bornes fontaines à travers toutes les opérations y compris les différentes phases du PUDC », a affirmé le Ministre, Monsieur Mansour

FAYE. En outre le taux d’accès de 79, 1 % enregistré dans le monde rural avoisine les standards internationaux. En milieu urbain le Sénégal est dans le peloton de tête. Le taux d’accès global est à 98, 8 % alors que la proportion des branchements domiciliaires se situe à 90, 3 %. « Notre ambition est, à court terme, de parvenir à un accès universel équitable et amélioré à l’horizon 2021 », a fait savoir le ministre, Monsieur Mansour FAYE.

La réalisation de cette ambition se fera en grande partie avec les projets en cours de mise en œuvre comme le Programme Sectoriel de Dakar ( PSDAK) et des projets structurants comme la troisième Usine de Keur Momar Sarr et l’Usine de dessalement d’eau de mer. « C’est surtout les deux programmes phares notamment la troisième usine de Keur Momar Sarr (Kms3) lancée en fin 2017 et l’usine de dessalement des Mamelles dont les travaux vont démarrer en 2018 qui vont mettre fin au spectre des pénuries à l’horizon 2021 avec une production additionnelle attendue de 300.000 m3 par jour un financement global bouclé de 421 milliards CFA », a avancé le Ministre Mansour FAYE.

Les contraintes

Le coordonnateur de la cellule du Programme Eau potable et d’Assainissement du Millénaire (PEPAM), Monsieur Amadou Mathar DIALLO après avoir exposé les progrès a levé un coin du voile sur les contraintes. Parmi lesquelles, il a cité les difficultés de mobilisation et d’exécution des ressources internes, les lenteurs dans les délais d’approbation de certains contrats, la faible appropriation de la nouvelle stratégie d’assainissement par les acteurs du secteur. « Les performances du secteur de l’assainissement peuvent être améliorées mais elles sont mitigées par des contraintes », a précisé Monsieur Amadou Mathar DIALLO qui a recommandé le renouvellement des réseaux enterrés d’eaux pluviales, l’assainissement des principaux réseaux de drainage des eaux pluviales, la remise à flot du réseau d’assainissement à Dakar.