Ministère de l’Eau et de l’Assainissement

Pour toute réclamation ➜ 81 800 10 12Nous Contacter ➜ ⎪ Le PNDDAA

Production de l'énergie, du compost, charbon...  Le Sénégal sur la voie de la valorisation de l’assainissement autonome 

Production de l'énergie, du compost, charbon...   Le Sénégal sur la voie de la valorisation de l’assainissement autonome 
Production de l'énergie, du compost, charbon...  Le Sénégal sur la voie de la valorisation de l’assainissement autonome 
09 mars 2020

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam a réitéré, hier,  la volonté des autorités du Sénégal de valoriser le potentiel  de l’assainissement autonome. C’est la voie indiquée pour arriver à l’accès universel. Mais les pays comme les nôtres peuvent produire de l’énergie, du charbon, du compost à partir des boues de vidange. 

 La moitié de la population n’a pas accès à des infrastructures d’assainissement adéquat au Sénégal. C’est pour cette raison que le gouvernement s’est engagé à valoriser  l’assainissement autonome qui est le système le plus répandu dans le pays. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam a visité, le 21 janvier 2020, les installations d’assainissement autonome de la région de Dakar, implantées dans la zone des Niayes. Il s’agit de la station de traitement des boues de vidange, de celle des eaux usées et  du site de prototype de l’omni-processeur. Le docteur Bécaye Sidy Diop, directeur général de la société Delvic, société exploitante, était chargé d’expliquer au ministre et à sa délégation les différents processus de vidange, de la collecte au sein d’un ménage, au transport et au traitement  à la station. Dans sa présentation des installations, Dr Diop, a informé que la partie solide retenue dans le traitement de la boue de vidange est séchée et envoyée  au niveau de  l’omni-processeur. Ici la boue est transformée en énergie électrique et  en cendre. Ce dernier dérivé de la boue sert à la fertilisation des sols  des exploitants agricoles et des maraichers. Cette cendre est aussi utilisée comme des matériaux en génie civil. « Cette boue est également transformée en eau distillée qui peut être utilisée pour fabriquer le liquide de refroidissement du moteur. En plus, la boue est utilisée pour produire des briquettes de charbon pour les ménages. Mieux nous produisons du compost à partir des boues de vidange » a fait savoir le Dg Delvic.  Ces explications  ont convaincu  le ministre Serigne Mbaye Thiam qui a rappelé que la volonté du gouvernement est d’aller vers l’accès universel à l’assainissement. Mais cela passe par une bonne réalisation des fosses sceptiques dans les domiciles. 

                  La valeur marchande des sous-produits 

« Ces ouvrages doivent répondre à certaines normes ce qui permettra de sécuriser et de valoriser l’assainissement autonome parce qu’il n’y a aucun risque pour ce types d’assainissement » a assuré Serigne Mbaye Thiam. En réalité, il existe deux systèmes d’assainissement au Sénégal. Il s’agit de l’assainissement collectif avec le raccordement des ménages au réseau d’évacuation des eaux usées et le système autonome qui revient à concevoir des fosses septiques. Le système autonome est plus répandu parce qu’au Sénégal d’après Béacaye Sidy Diop, c’est seulement entre 10 à 12% de ménages qui ont accès à l’assainissement collectif en milieu urbain. « Pourtant, 100% des populations des villes payent pour l’assainissement collectif. Malgré tout l’argent ne suffit pas pour faire fonctionner le système. L’Etat doit mettre de l’argent comme subvention pour permettre à l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) de mieux couvrir ses charges d’exploitation. Cela veut dire que ce n’est pas possible que tous les ménages se branchent au réseau d’assainissement collectif » a soutenu le Dg Delvic. Il va plus loin en indiquant que dans certains pays, « si vous avez une facture d’eau de  5000 francs cfa, vous payez  le même montant pour l’assainissement. Au Sénégal c’est imaginable » a-t-il reconnu. C’est pour cette raison qu’il a encouragé le gouvernement à valoriser  l’assainissement autonome qui est à la portée tous les ménages. « Cependant, il faut que la fosse sceptique soit bien conçue. Si elle est bien faite, toutes les eaux de la maison peuvent recueillies sans problème » a-t-il fait savoir. Pour le ministre Serigne Mbaye Thiam en valorisant l’assainissement autonome, les ménages  peuvent dans l’avenir être de grands bénéficiaires. « Avec ce système, c’est la société privée qui exploite la station de traitement de boues de vidange qui risque de payer à la famille pour pouvoir collecter les eaux usées parce qu’après plusieurs phases de traitement, les sous-produits de l’assainissement autonome deviennent des produits commerciaux » a expliqué Serigne Mbaye Thiam qui  a révélé que le taux d’accès à l’assainissement au Sénégal est d’environ 68%  en milieu urbain et 44 % en zone rurale. 

Source: 
le SOLEIL